Les belles pages d’Elena Varécy
 


Des dunes le passager


De la plateforme, les rives sont incertaines et c’est très bien ainsi. Leur compagnie ne me manque pas. Je me concentre plutôt sur les dunes, au fond.
C’est le soleil, plus que la brume, qui rend les rives incertaines. Le plus luisant efface toutes les vérités inutiles. Moi, je me concentre sur le fond, les dunes, les sédiments. Je ne sais pas au juste combien de temps. Le courant me jette souvent entre deux souffles contraires. Alors, j'évite la panique des temps anciens. Désormais je peux avoir confiance et l'absence de rives, autrefois effrayante, m’apporte cette sécurité dont j’avais tant besoin.
J’ai erré.
Je n’erre plus.
Le lac reflète à mon penché l’image d’un être apaisé. Le matin appartient au cormoran, le soir au héron cendré. Et moi je ne suis au fond que des dunes le passager.


Elena Varécy, 2020




elena.varecy@gmail.com